A PROPOS MEDIATION



Extraits de médiations...

Marie

Marie pleure au tĂ©lĂ©phone, parle de communication violente, d'enfants insupportables qu'elle ne peut plus gĂ©rer, d'un pĂšre absent. La mĂ©diatrice familiale dit « vous ĂȘtes quelqu'un qui souhaitez trouver une solution pour vos enfants, la mĂ©diation familiale est le lieu oĂč celle-ci peut-ĂȘtre trouvĂ©e en accord avec le pĂšre» Marie s'apaise et demande un rendez-vous.

Sophie et Paul

La mĂ©diatrice familiale expose Ă  Sophie et Paul le cadre de la mĂ©diation familiale d'un ton calme, posĂ©. Elle se tourne alternativement vers l'un et l'autre et laisse des moments de respiration pour mettre en lumiĂšre ce qui vient d'ĂȘtre dit. « En mĂ©diation familiale, ce sont les parents qui travaillent, je ne suis pas lĂ  pour vous conseiller ou vous reprĂ©senter. Le processus de mĂ©diation familiale comporte plusieurs Ă©tapes, dont les entretiens individuels, communs et la possibilitĂ© de recevoir vos enfants ».

Caroline

Caroline parle « des enfants qui ont du mal avec l'organisation de la résidence alternée, ils veulent rester plus de temps chez moi ». Caroline précise : « c'est normal, ils sont petits et je suis leur maman ! ». La médiatrice reformule : « vous voulez dire que vous vous faites du souci pour vos enfants et particuliÚrement parce que ils sont petits ? » Caroline répond par l'affirmative.

Sandrine et Pierre

Pierre se redresse et exprime avec force que « Sandrine m'a obligĂ© Ă  venir ici ! ». « Que les enfants vont bien et font des caprices tout le temps. Sandrine les Ă©coutes trop, ça a toujours Ă©tĂ© comme cela ! ». La mĂ©diatrice demande des prĂ©cisions et Pierre parle du fait que « Sandrine amĂšne tout le temps les enfants chez les psychologues et que de fait c'est un psychologue qui lui a conseillĂ© de venir en mĂ©diation familiale ». Pierre ne se sent « pas libre ». La mĂ©diatrice familiale interroge Pierre « Pensez-vous que vos enfants ont du mal Ă  s'organiser avec la rĂ©sidence alternĂ©e? » Pierre rĂ©pond que « cela n'est pas simple tous les jours que c'est une question de volontĂ©, il suffit de savoir s'organiser ! » La mĂ©diatrice familiale lui demande « s'il trouve de l’intĂ©rĂȘt Ă  en discuter avec Sandrine ? » Pierre dit vouloir essayer car « en ce moment les enfants et Sandrine font plein de complications ! », il en a « marre que ça change tout le temps ! » La mĂ©diatrice familiale pose la question aux deux parents sĂ©parĂ©ment : « ĂȘtes vous d'accord pour engager un processus de mĂ©diation familiale en vue de mieux organiser la rĂ©sidence alternĂ©e de vos enfants ? » Chacun rĂ©pond par l'affirmative Ă  tour de rĂŽle sans jamais se regarder. La mĂ©diatrice familiale est dĂ©positaire et garante de la parole des parents, dĂ©posĂ©e lĂ .

Florence et Antoine

Antoine parle de la demande des enfants de rester plus de temps chez Florence, il dit cela avec une Ă©motion qu'il a du mal Ă  contenir. Il se reprend et d'un ton fort dit qu'il « veut que les rĂšgles soient respectĂ©es, de une semaine sur deux !». « Florence est trop laxiste parce qu'elle ne travaille pas et du coup les enfants font ce qu'ils veulent chez elle ». Chez lui « c'est plus difficile », il ne les voit que le soir tard aprĂšs le travail. Il n'est pas toujours « disponible, les enfants en profitent pour appeler leur mĂšre. C'est invivable, le peu de temps que je les vois, ils sont au tĂ©lĂ©phone ! ». Il veut que Florence arrĂȘte de rĂ©pondre au tĂ©lĂ©phone.

Pascale et Serge

La mĂ©diatrice familiale demande Ă  Serge : « Pensez-vous que vos enfants sont mieux chez leur maman ? » Serge ne peut rĂ©pondre directement, l'Ă©motion qui l'envahit l’empĂȘche de formuler verbalement ce qu'il ressent au fond de lui. Pour autant il donne une rĂ©ponse indirecte : « Pascale est plus disponible ». La mĂ©diatrice clĂŽt l'entretien « Vos enfants ont de la chance d'avoir des parents qui ont envie de passer du temps avec eux ». « Pensez-vous que vos enfants ont moins besoin de leur pĂšre ? » A cela Pascale rĂ©pond que « c'est normal que les enfants soient mieux avec moi car c'est moi qui les ai portĂ©s et qui les ai Ă©levĂ©s ». La mĂ©diatrice lui demande si elle pense que « l'espace de mĂ©diation familiale correspond Ă  un espace oĂč l'un des parents impose sa vision des choses Ă  l'autre ? » Pascale parle de « ses enfants qui ne vont pas bien et qu'il faut que le pĂšre comprenne cela! » « Pensez-vous que Serge n'a jamais Ă©tĂ© attentif et compris ses enfants ? » demande la mĂ©diatrice familiale. Pascale rĂ©flĂ©chit un moment puis dit qu'ils ont eu « des moments de bonheur, au dĂ©but de leur mariage. »